Deep Purple In Rock, de Deep Purple

En juin 1970 sort le quatrième album de Deep Purple (mais le premier avec la classique line-up MK- II) nommé Deep Purple In Rock. C’est une petite bombe dans le milieu du rock. Le groupe change deux de ses membres : Ian Gillan passe au chant et Roger Glover à la basse. Avec Ian Paice, batteur de son état, Ritchie Blackmore à la gratte et Jon Lord (seigneur Dieu !) au clavier, le Pourpre Profond se compose dans sa formation la plus classique :  celle qui a fait de grandes choses. Oui.

Bref, en entrée de l’album, il y a Speed King. Un coup de tonnerre de jam, un coup d’orgue bien familial – des familles dirais-je même – et puis son riff solo bizness… Du lourd. D’ailleurs l’album, bien qu’arborant une couverture assez laide (putain de kitch dégueulasse pour les néophytes), est une réussite. Écoutez Deep Purple, l’un des pionniers du hard (avec Led Zep, Black Sabbath et les autres) !

Et si vous cherchez à aller plus loin dans la disco du groupe, oubliez Smoke on the Water et, si vous faites un détour par Machine Head et Fireball, leurs albums suivants, écoutez plutôt Lazy et Pictures of Home, sans oublier le classique Highway Star et le morceau Fireball, qui démarre avec une batterie de cuisine bien sentie.

La rédac vous souhaite la bonne journée. Zob.

Laisser un commentaire