Philby, de Rory Gallagher

L’Irlande, cette brave contrée de roux alcooliques bouffeurs de patates, vénère deux héros. Le premier est Saint Patrick (Patoche pour les amis), et le second est un musicien. Rory est son prénom. Gallagher est son nom de famille. Ceux de la guitare (Clapton et autres dieux du manche (1)) le tiennent en très haute estime tant pour son jeu que pour son style et sa créativité unique.

Son dixième album, mais huitième en studio, sort dans les bacs le 16 septembre 1979. Il s’intitule sobrement « Top Priority » et est estampillé Chrysalis Record. On trouve dessus le célèbre titre « Bad Penny », mais également une chanson que je kiffe bien ma race : Philby.
Pour commencer, son riff est absolument extraordinaire. Simple et brutalement efficace, il mérite d’être placé aux côtés des « You really got me » (the Kinks) ou bien « Whole Lotta love » (Led Zeppelin) et « Voodoo Child » (Jimi Hendrix). Par dessus cette rythmique bien sentie, le son et la patte de Rory donnent au solo un caractère bluesrockesque très appréciable ! La p’tite basse efficace de Gerry Mc Avoy derrière ça finit d’achever ce morceau décidément… appréciable. Ted McKenna à la batterie suit bien ses deux acolytes.

La chanson, au niveau des paroles, est assez rigolote en fait. Elle parle d’un espion, Kim Philby, qui a sévi pendant toute la guerre froide. D’abord au service du MI6, il devient en fait une taupe au service de l’URSS (il avait approché le Parti communiste à sa sortie de l’université). Ses coups d’éclats sont dignes d’un James Bond au scénario bien ficelé. Il finit par rejoindre complètement mère Russie. Rory Gallagher était fasciné par ce mec, son histoire et son audace. D’ailleurs, notre guitariste s’est souvent demandé si le dénommé Philby avait déjà écouté sa chanson.Voilà.
En live, le morceau double sa longueur, et il est magnifié par Rory, comme tous les autres morceaux qu’il joue sur scène d’ailleurs. Je vous propose donc la version de base, studio.

Bon. Et la version live, qui ne change pas trop d’un concert à l’autre.

Zob et bonne écoute !!

(1) Sans arrière pensée vilaine.

Laisser un commentaire