When the levee breaks, de Led Zeppelin

La chanson du groupe légendaire, que l’on présentera ultérieurement (qu’à cela ne tienne !) est une reprise arrangée d’un morceau de blues par le duo Kansas Joe McCoy et Memphis Minnie. La chanson parle des crues capricieuses et violentes du Mississippi de 1927.

Led Zep enregistre le titre en décembre 1970 pour son quatrième et grandiose album sans nom, au studio mobile des Rolling Stones, où pas mal de groupes viennent régulièrement enregistrer. C’est la chanson qui est la plus aboutie du disque dans le sens où son enregistrement et son mixage sont très travaillés (écho, ralentissement du tempo ..). On ne rentre pas dans le détail mais, à cause de cela, la chanson n’est jouée que deux fois en live et, grâce à cela, elle est juste géniale, avec sa batterie cauchemardesquement glaçante et son harmonica des familles.

Difficile de faire l’impasse sur l’histoire entourant la percussion de ce morceau. John Bonham, le batteur du groupe, s’est placé en bas d’une cage d’escalier accompagné de sa batterie. Les micros sont placés trois étages plus haut dans cette même cage d’escalier. Quand Bonham se met à jouer, le son s’envole naturellement en direction des micros, donnant alors à l’enregistrement un son innovant et très particulier, une sorte d’écho gras.

Pour conclure, car on ne va pas s’éterniser non plus (pourquoi pas ?), disons que le titre original de McCoy et Minnie a été pas mal samplé et repris par des gens aussi divers que Jeff Bucley, Bob Dylan, ou Eminem. Le titre de Led Zeppelin a lui aussi été repris à plusieurs reprises, et notamment par des groupes de rap particulièrement fascinés par le rythme lourd et gras donné par la batterie de John Bonham. Maintenant, je vous encourage simplement à écouter la chanson en question.

2 Commentaires

  1. Jo Barbier - 16 juillet 2015

    Sympa l’article. Et merci pour la découverte 🙂

  2. Math - 16 juillet 2015

    Mais c’est avec plaisir, et c’est le but !

Laisser un commentaire